La campagne du Forem intitulée « Osez réaliser vos rêves… »

La campagne du Forem intitulée « Osez réaliser vos rêves… »

Question orale du 11/01/2017

  • De LEAL LOPEZ Clotilde
  • à SIMONIS Isabelle, ministre de l’Enseignement de promotion sociale, de la Jeunesse, des Droits des femmes et de l’Égalité des chances

Madame la Ministre,

Nous avons tous été interpellés par la campagne du Forem « Osez réaliser vos rêves … » et surtout par l’affiche de l’auxiliaire de ménage. Une fois encore, la publicité renforce les stéréotypes de genre et en filigrane le sexisme. Il est d’autant plus dommageable que ce soit le Forem, un service public qui soit à l’initiative de cette erreur de communication.

Lors de l’assemblée d’Alter Egales sur le droit « à ne pas être stigmatisée », dans le volet concernant les médias et la publicité, nous en avons parlé hier, 11 recommandations sont formulées.

Madame la Ministre, concrètement :

  • Quel est votre point de vue sur cette campagne ?
  • Dans nos administrations, des campagnes de sensibilisation, de formation sont-elles finalement mises en place pour éviter ces erreurs, à l’instar de votre excellente campagne se « libérer des idées reçues » ?

 

Réponse de la ministre

L’année a effectivement bien mal commencé du point de vue du sexisme et des stéréotypes hommes-femmes. Nous nous trouvons en présence d’une publicité sexiste. Je me réjouis que la directrice du FOREM ait réagi très vite, non seulement en s’excusant, mais aussi en retirant cette publicité. Cela étant, il ne s’agit malheureusement pas d’un cas isolé. L’on voit qu’une série de publicités, voire de campagnes de communication publique, comportent encore pas mal de stéréotypes ou véhiculent une vision inégalitaire de la société. Que faire par rapport à cet état de fait? Comme on l’a évoqué avec Mme Leal-Lopez, nous devons continuer à développer en Communauté française des campagnes de sensibilisation, d’information et de conscientisation. Une deuxième piste à laquelle je travaille est la réalisation d’une grille d’analyse des publicités sexistes. En concertation avec Jean-Claude Marcourt, nous pourrions intégrer cette grille dans le baromètre «Diversité et égalité dans les médias audiovisuels».

Comme vous l’avez évoqué, l’assemblée pour les droits des femmes «Alter-Égales» a planché sur cette question durant un an et je souhaiterais pointer deux de leurs recommandations. Elles plaident d’une part pour le renforcement de la formation en prévoyant des modules de sensibilisation au genre pour toute une série de professions, notamment les journalistes de même que les acteurs du monde du marketing et de la communication. D’autre part, elles recommandent d’intégrer dans le cahier des charges de la Communauté française une clause de genre. Il s’agit d’une sorte de filtre permettant de mieux prendre en compte la question du genre dans nos futures campagnes de communication. Des discussions à ce sujet sont en cours avec le ministre-président et le ministre du Budget. Les autres niveaux de pouvoir sont d’ailleurs libres de s’en inspirer. Je voudrais terminer sur une note positive pour laquelle je partage votre avis, Madame Morreale: nous avons effectivement pu constater la belle mobilisation de la société civile vis-à-vis de cette publicité controversée, qu’il s’agisse des citoyens et des citoyennes, mais aussi des journalistes, des personnalités de la presse. Aujourd’hui, on ne peut donc plus faire n’importe quoi, ce qui indique que les mentalités ont particulièrement évolué dans le bon sens.

 

Réplique de Clotilde LEAL LOPEZ

En effet, renforcer la formation au genre par rapport aux professionnels, aux journalistes et autres me semble tout à fait important. La mobilisation citoyenne a un fort impact, mais il est clair que changer les mentalités demande du temps, comme nous avons pu le constater lors de la commission parlementaire sur l’égalité des chances. Je vous encourage donc, Madame la Ministre, à poursuivre et à intensifier les campagnes et les formations à tous les niveaux pour essayer de changer les mentalités afin de ne pas accepter n’importe quoi sous prétexte de banalisation. Nous sommes contre toute banalisation du sujet; nous voulons que le sujet soit abordé et pris en compte avec sérieux.

Pas encore d'avis

Donnez votre avis